OTE "LA REUNION"

OTE

HUMOUR ZOREYE 16

SUITE 15

Celle là elle est mignone :

La maîtresse demande a chacun de ses élèves : ' Que vous voulez faire plus tard ? '

 Moi, quand je serai grand, je veux être un grand joueur à l' OM et si ça ne marche pas je serai petit joueur au PSG.
 Moi, quand je serai grand, je veux être chirurgien et puis si ça marche pas je serai brancardier.
 Moi, quand je serai grande, je veux être actrice et puis si ça marche pas je serai caissière au cinéma.
 Moi, quand je serai grand, je veux être un grand athlète et puis si ça marche pas je serai prof de gym.
 Moi, quand je serai grand, je veux des femmes et du Champagne, dit Toto.
 Ah bon, s'exclame la maîtresse en riant. Et si ça ne marche pas ?
 
 Branlette et Champomy !
 
Le corbeau sur un arbre était perché
A ne rien foutre de toute la journée,
Un lapin voyant ainsi le corbeau,
L'interpelle et lui dit aussitôt :
Moi aussi, comme-toi, puis-je m'asseoir
Et ne rien foutre du matin jusqu'au soir?
Le corbeau lui répond de sa branche :
Bien sûr, ami à la queue blanche,
Je ne vois ce qui pourrait l'empêcher le repos,
Blanc lapin s'assoit alors par terre,
Et sous l'arbre reste à ne rien faire,
Tant et si bien qu'un renard affamé,
Voyant ainsi le lapin somnoler,
S'approchant du rongeur en silence,
D'une bouchée en fait sa pitance.
Moralité :
Pour rester assis à ne rien branler
Il vaut mieux être très haut placé.
 
 
C'est l'histoire d'un couple de... motards.
 

Jean-Claude rêve depuis longtemps d'une nouvelle paire de bottes.
 Un jour, il en voit une belle paire à son Ducati Store et il décide de  l'acheter.
Il rentre chez lui et demande à sa femme :- «Est-ce que tu remarques quelque chose de différent sur moi ? »
Elle le regarde et répond :- « Non ! Pourquoi ?  »Frustré, Jean-Claude     s'enferme dans la salle de bain, se déshabille et en ressort complètement nu, mais portant toujours ses belles nouvelles bottes.
 Il redemande à sa femme :- 'Et alors, est-ce que tu remarques quelque chose de différent MAINTENANT ?
Elle le regarde et lui répond :- « Jean-Claude, qu'est-ce qu'il y a de différent ? Elle pendait hier, elle pend aujourd'hui et elle va encore pendre demain.»
Furieux, Jean-Claude s'écrie :- « Si elle pend, c'est parce qu'elle admire mes nouvelles bottes ! »
Et sa femme de lui répondre :- « T'aurais dû t'acheter un nouveau casque »
 

Dans un hôpital se trouve un patient gravement malade. Sa famille se réunit dans la salle d'attente et, enfin, un médecin arrive, fatigué et triste :
'Je suis désolé d'être porteur de mauvaises nouvelles', dit-il en voyant l'expression d'inquiétude sur les visages : 'le seul espoir pour votre proche est une greffe de cerveau.'
  
 'C'est une chose expérimentale et risquée, et économiquement tout est à votre charge.'
 

 

Les membres de la famille restent assis, en écoutant ces bien tristes nouvelles. Puis, l'un d'eux demande : 'combien coûte un cerveau ?' 

'ça dépend', répond le médecin. '5000 à 7000 un cerveau d'homme ; 200 à 500 celui d'une femme'. 

Un long moment de silence envahit la salle, et les hommes présents essaient de ne pas rire et évitent le regard des femmes, mêmes si certains d'entre eux ébauchent un sourire. Finalement, un homme poussé  par la curiosité demande : 'Docteur, pourquoi cette différence de prix ?' 

 

Le médecin, souriant devant une question pour lui si innocente répond :
'les cerveaux féminins coûtent moins cher car ce sont les seuls à avoir servi, les autres sont comme neufs.'
 

ENVOYEZ CE MAIL A DES FEMMES INTELLIGENTES QUI ONT BESOIN DE SOURIRE ET AUSSI AUX HOMMES QUI POURRONT LE SUPPORTER...

Un grand coucou à tous les hommes qui auront ébauché ce fameux sourire à la moitié du récit et gros bisous aux femmes qui auront sourit à la fin !!!

La boulette

 

Elle est vraiment mignonne...

Jean attend à la caisse au supermarché quand il remarque qu'une petite
blonde canon lui fait signe de la main et lui sourit.


Il s'adresse à elle et dit gentiment : 'Excusez-moi, on se connaît ?'


Elle répond en souriant : 'Je peux me tromper, mais je pense que vous
 êtes le père d'un de mes enfants... '


Les souvenirs du type le renvoient vers la seule et unique fois où il a
été  infidèle, et il demande :


- 'Nom de Dieu, tu ne serais pas la cochonne que j'ai sautée sur la
 table devant tous mes potes lors d'une beuverie, pendant que ta copine me
fouettait avec un céleri mouillé et m'enfonçait une courgette dans le
 trou de balle ?'


- 'Euh non...' répond-elle, 'je suis la nouvelle institutrice de votre
fils...'.

=====================================

Sagesse masculine :    
  • Quand j'avais 14 ans, je souhaitais un jour avoir une petite amie.
  •  A 16 ans, j'ai eu une petite amie, mais la passion n'existait pas. Je décidais alors de trouver une femme passionnée, qui puisse me donner l'envie de vivre.
  •  A l ´ université, je suis sorti avec une fille passionnée, mais trop émotionnelle.
    >
    Tout était tranchant, c'était la reine des drames, elle pleurait tout le temps et menaçait de se suicider. Alors j'ai décidé de trouver une femme stable.
  • Quand j'ai eu 25 ans, j'ai trouvé une femme stable, mais lassante.
    > Elle était totalement prévisible et rien ne l'excitait. La vie fut si pénible que je décidai de chercher une femme exaltante.
  •  A 28 ans j'ai rencontré la femme exaltante, mais je n'ai pu suivre son rythme. Elle allait d'un côté à l'autre sans jamais s'arrêter. Elle était impétueuse et flirtait avec n'importe qui, elle me rendit misérable autant qu'heureux. Au début c'était amusant et stimulant, mais sans aucun avenir. Alors j'ai décidé de trouver une femme un peu plus ambitieuse.
  • Quand j'ai eu mes 30 ans, j'ai trouvé une fille intelligente, ambitieuse, les pieds sur terre. Je décidai de me marier. Elle était tellement ambitieuse qu'elle a demandé le divorce et pris tout ce que j'avais.  
  •  Aujourd'hui, à 40 ans, j'aime les connes avec de gros nichons...

*********************************************************************************

UNE MAMAN rentre à la maison un soir et retrouve 
une lettre :

Maman chérie, 
Je suis désolée de devoir te  dire que j'ai quitté la maison pour aller vivre avec mon copain. Il est l'amour de ma vie. 
Tu devrais le voir, il est  tellement mignon avec tous ses tatous, son piercing et  sa super moto. Mais ce n'est pas tout ma petite 
maman chérie. 
Je suis enfin enceinte et Abdoul  dit que nous aurons une vie superbe dans sa caravane en  plein milieu des bois. Il veut beaucoup d'enfants avec moi, c'est mon rêve aussi. Je me suis enfin rendu compte que  la marijuana est bonne pour la santé et soulage les maux. Nous allons donc en cultiver et en donner à nos copains lorsqu'ils seront à court d'héroïne et de cocaïne pour qu'ils ne souffrent pas. Entre-temps, j'espère que la 
science trouvera un remède contre le sida pour qu'Abdoul 
aille mieux. Il le mérite vraiment tu sais. Ne te fais pas de soucis pour moi  maman, j'ai déjà 13 ans, je peux faire attention à moi 
toute seule ... et l'expérience qui me manque, Abdoul 
peut la compenser avec ses 44 ans. J'espère pouvoir te rendre visite  très bientôt pour que tu puisses faire la connaissance 
de tes petits enfants. 
Mais d'abord je vais avec Abdoul  chez ses parents en caravane pour que nous puissions  nous marier. Comme ça ce sera plus facile pour lui, pour  son permis de séjour.
Ta fille qui t'aime. 
 PS : Je te raconte des idioties maman. Je suis chez les voisins ! Je voulais juste te dire qu'il y a  des choses bien pires dans la vie que le bulletin scolaire que tu trouveras sur ta table de nuit... 
Et voici la réponse du père :
J'ai donné ta lettre à ta mère. Elle a fait immédiatement un 
infarctus et nous avons dû l'hospitaliser. Les médicaments la maintiennent en vie. Lorsque j'ai expliqué à nos avocats 
ce qui s'était passé, ils m'ont recommandé de te répudier.
Aussi tu n'es plus notre fille et nous t'avons retirée de nos testaments. Nous avons mis a la poubelle toutes  tes affaires et utilisons ta chambre comme debarras. Nous avons aussi changé la serrure de la porte, il te faudra trouver un logement, mais n'essaie pas d'utiliser notre carte de crédit car nous l'avons annulée, ainsi que fermé ton compte bancaire  (l'argent qu'il y avait dessus nous allons l'utiliser  pour le traitement de ta mère). N'essaie pas de nous appeler pour  demander de l'argent, nous avons de toute façon résilié  ton contrat de téléphone mobile. Les jouets que tu gardais, tes  instruments de musique, ta collection de CD et de  photos, nous les avons vendus au voisin (celui dont tu disais qu'il te regardait par la fenêtre quand tu t'habillais).
Ah! bien sûr il te faudra trouver du travail, puisque nous n'allons plus payer pour toi ni  tes études ni tes cours de musique.
Si tu ne peux trouver ni logement  ni travail, je te conseille d'aller voir Paulo. C'est  quelqu'un que j'ai connu dans l'armée, je ne sais pas  bien ce qu'il fait... mais je lui ai envoyé une photo de 
toi et il m'a dit qu'une fille comme toi n'aurait aucun  mal à vivre dans certains pays du Maghreb qu'il connait  bien, et qu'il pourrait t'aider. Enfin j'espère que tu seras très  heureuse dans ta nouvelle vie.
L'homme que tu appelais Papa.
PS : Ma chérie c'est une blague ! Je  regarde la télé avec ta mère, qui se porte très bien. 
Je voulais juste te montrer qu'il y  a des choses plus graves que de passer les 8 prochaines  semaines sans sortir, et sans regarder la télé pour le  mauvais bulletin, et pour la petite blague.
==============================================

Trois femmes - une fiancée, une maîtresse, une mariée - sont en train de  parler de leur relation avec leur homme.               
Elles décident de faire quelque chose pour exciter leur homme et de se rencontrer quelques jours plus tard pour en reparler et se raconter comment cela s'est passé. Elles s'engagent à attendre leur homme le soir même, vêtue d'un corset genre SM, hauts talons, bas résille et masque      
noirs.                                                                    
                                                                         
Quelques jours plus tard elles se retrouvent et racontent.     
                             
La fiancée :                                                              
L'autre soir, quand mon fiancé est arrivé à la maison, il m'a trouvée vêtue avec le body de cuir, les hauts talons, le masque. Il m'a regardé avec de grands yeux, m'a dit que je suis la femme de ses  rêves, qu'il m'aime et nous avons fait l'amour toute la nuit.              
                                                                         
La maîtresse :                                                            
Moi aussi j'ai reçu mon amant vêtue de la même façon.             
Quand il est entré chez moi, il m'a regardée, n'a rien dit, mais nous avons eu une nuit super chaude !!!

La femme mariée :                                                          
L'autre soir, j'ai envoyé les enfants loger chez ma mère puis je me suis habillée aussi en cuir noir : body, hauts talons, masque...                
Mon mari est rentré du travail, a ouvert la porte et m'a dit :

Salut  Batman, qu'est ce qu'on mange ? 

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

On fêtait le départ en retraite du curé de la paroisse par un souper d'adieu.
Un politicien local était invité pour donner un bref discours
.

Comme il tardait à arriver, le prêtre décide d'énoncer quelques paroles pour passer le temps
  
Ma première impression de ma paroisse je l'ai eue avec la première confession que j'ai eu à écouter. J'ai tout de suite pensé que l'évêque m'avait envoyé dans un lieu terrible alors que la première personne me confessa qu'elle avait volé un téléviseur, qu'elle avait volé de l'argent à son père, qu'elle avait aussi volé l'entreprise pour laquelle elle travaillait en plus de tenir des relations sexuelles avec l'épouse de son supérieur. Aussi, à l'occasion, il s'adonnait au trafic de stupéfiants. 
Et pour terminer, il me confessa qu'i l avait transmis une maladie vénérienne à sa propre soeur.
J'étais atterré, apeuré, mais avec le temps, je connus plus de gens et je m'aperçus que tous n'étaient pas ainsi. J'ai vu une paroisse remplie de gens responsables, avec de bonnes valeurs, croyant en la foi. Et c'est pourquoi j'ai vécu les 25 années les plus merveilleuses de mon sacerdoce.

Sur ces mots arrive le politicien, qui alors prend la parole. Bien sûr, il s'excuse de son retard et commence son élocution :
 " Jamais je n'oublierai le premier jour de l'arrivée du Père dans notre paroisse. En fait, j'ai eu l'honneur d'être le premier à me confesser à lui ! " 


Moralité ? 
N'arrivez jamais en retard !!! 

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Comme quoi, il est encore une fois prouvé, que les femmes sont loin d'avoir les neurones placées au même endroit que les hommes :

 

 

Un homme appelle sa femme et lui demande,«Chérie, on m'a invité pour un voyage de pêche avec mon patron et quelques-uns de ses amis.  Nous serons partis pour une semaine.  Cela représente une bonne opportunité pour moi d'obtenir cette promotion que j'attends depuis si longtemps alors peux-tu SVP me faire une valise avec assez de vêtements pour une semaine entière et préparer ma ligne et mon coffre de pêche.  Nous partirons directement du bureau et je passerai par la maison rapidement pour prendre mes affaires. Oh, SVP peux-tu mettre dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleu».


 

L'épouse trouve bien étrange l'histoire de son mari mais en bonne épouse qu'elle est, elle fait exactement ce que son mari lui a demandé.

La semaine suivante, le mari revient à la maison un peu fatigué mais somme toute, content de son voyage.

Sa femme l'accueille à la maison et lui demande s'il a pris du poisson et combien il en a pris?

Il lui répond:  «Oh oui, beaucoup de saumons, des crapets soleil et quelques espadons.  Mais au fait, pourquoi n'as-tu pas mis dans mes bagages mon nouveau pyjama en soie bleu comme je te l'avais demandé?» 


Vous allez adorer la réponse Mesdames....
 
Et sa femme de lui répondre, «Je l'ai mis.... Il est dans ton coffre de pêche....

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

TROIS NOUVEAUX MORTS...
Aux portes du paradis, un homme se présente a St-pierre pour le jugement dernier.
Celui-ci demande au disparu de raconter les circonstances exactes de sa mort pour décider s'il mérite le Paradis ou bien l'Enfer.
L'homme n'a pas le choix et commence son récit:
- 'Cela faisait un certain temps que je soupçonnais ma femme d'avoir une relation extra-conjugale. Je suis donc rentré chez moi a l'improviste et évidemment, je l'ai retrouvé complètement nue sur le lit. J'ai donc fouillé l'appartement pour trouver le coupable. En vain. Et puis je me suis souvenu. 
Habitant au 15e étage d'une tour, nous disposions d'un petit balcon. Et c'est la que j'ai vu cet homme, suspendu dans le vide et s'agrippant à la rambarde du balcon. J'ai tente de lui piétiner les mains mais il tenait bon. 
Je suis alors parti chercher un marteau pour taper dessus. Il a fini par lâcher mais un arbre a amorti sa chute. Voyant qu'il bougeait encore, je suis allé chercher le réfrigérateur dans la cuisine et je l'ai fait basculer sur cet individu. L'effort a été si violent que j'ai succombe a une crise cardiaque.
- 'Ah bon ?', répond St-Pierre passionné, 'C'est bon, vous êtes admis au Paradis.'
Un second homme se présente peu après et commence a raconter l'histoire de sa mort a St-Pierre.
- 'Voyez-vous', débute t-il, 'j'étais en train de repeindre mon balcon au 17e étage d'une tour. Mon tabouret a vacillé et j'ai basculé dans le vide.
Mais j'ai eu la possibilité de me rattraper a un balcon deux étages plus bas.  Je pensais être sauvé quand le propriétaire de ce balcon-la a commencé à me piétiner les mains, puis à me casser les doigts a coup de marteau. Il était fou furieux que je m'accroche a son balcon. Et pire lorsque j'ai lâché prise 
comme je ne suis pas mort tout de suite, il m'a balancé son frigo sur la tête pour m'achever.
St-Pierre répond:
- 'Oui j'ai entendu parler de cette histoire, vous pouvez entrer au paradis. 

Un troisième homme arrive et entame lui aussi son récits a St-Pierre:
- 'Franchement, je ne sais pas comment c'est arrivé. J'étais caché tout nu dans un frigo...' 
_______________________________________________

C'est l'histoire d'une institutrice de dernière année de maternelle, au
milieu de janvier, le mois le plus dur pour tout le monde...

Un des gamins lui demande de l'aide pour mettre ses bottes pour aller en
récréation et, en effet, elles sont vraiment difficiles à enfiler. Après

avoir poussé, tiré, re-poussé et tiré dans tous les sens, les bottes

sont enfin chaussées et le gamin dit :

- " Elles sont à l'envers, maîtresse. "

La maîtresse attrape un coup de chaud quand elle s'aperçoit qu'en effet
il y a eu inversion des pieds... Bref, nouvelle galère pour les enlever et

rebelote pour les remettre mais elle réussit à garder son calme jusqu'à

ce que les bottes soient rechaussées, aux bons pieds.

Et là le gamin lui dit avec toute la candeur qui caractérise les enfants
:

- " C'est pas mes bottes. "

A ce moment, elle fait un gros effort pour ne pas lui mettre une baffe,
fait un tour sur elle-même en se mordant les lèvres, se calme et lui

demande pourquoi il ne l'a pas dit avant... Comme le gamin voit bien quil

a contrarié sa maîtresse, il ne répond pas. Elle dit alors :

- " Bon, allez, on les enlève " et elle se met à nouveau au boulot.

Le deuxième pied est presque sorti quand la maîtresse demande :
- " Alors, où sont tes bottes ?"

- " J'en n'ai pas. Celles-là, c'est celle de mon frère, mais maman a dit

que je dois les mettre. "

Là, elle a envie de pleurer mais, une nouvelle fois, elle se calme et
entreprend de lui re-re-mettre ses bottes. L'opération est enfin réussie

et la maîtresse se sent fière d'avoir réussi.

Pour aller jusqu'au bout, elle le met debout, lui fait enfiler son
manteau, lui met son cache-nez et lui demande :

- " Où sont tes gants ?"

- " Je les ai mis dans les bottes. "
 

____________________________________________
 



28/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres